Archives de catégorie : Peintres

Pablo Picasso (1881 – 1973)

Difficile de résumer en quelques lignes le parcours d’un génie du  XXème siècle , son nom même est devenu synonyme des « excès » de l’art moderne.  Il se passionne uniquement, dans son enfance, pour l’apprentissage des techniques artistiques. A cette époque, il était plus soucieux de la manière dont son professeur écrivait les chiffres au tableau et considérait comme accessoire le problème mathématique posé.  Côtoyant l’avant garde à Barcelone il effectue de 1900 à 1904, quatre voyages à Paris, exposant dès 1901 chez Vollard.  Il passe rapidement de Velàzquez à Lautrec, et entre dans une période bleue, où des figures solitaires réunissent réalisme et portée symbolique.

A l’automne 1904 , Picasso s’installe au Bateau – Lavoir, à Montmartre, qui devient rapidement un lieu mythique. Malgrè les difficultés matérielles, il aborde avec sérénité sa période rose, riche en portraits d’enfants.  Sa femme Fernande Olivier  et son entourage, essentiellement constitué de poètes (Max Jacob, André Salmon, Appolinaire) lui apportent l’équilibre nécessaire  à cette quiétude.

Ses premiers collectionneurs se manifestent, parmi lesquels Gertrud Stein, dont il réalise un portrait où le visage se réduit à un masque anguleux. Il s’intéresse alors à Cézanne et à la sculpture ibérique.

Fernand Léger (1881 – 1955)

Fernand Léger est  pionnier du cubisme. Peintre et  sculpteur il aborde le monde avec un trait déterminé et pose son oeuvre comme on pose un drapeau sur une contrée sauvage pour en réclamer la possession.

460px-Denhaag_kunstwerk_grande_fleurA la manière de sa sculpture ‘La grande fleur qui marche’  (1952 – à la Haye aux Pays Bas) ,  il avance dans ce siècle avec la ferme intention de bousculer les codes établis. Il avait ‘horreur de la peinture discrète’, le tableau devait dominer la pièce selon ses propres termes. Faire vivre le mur, telle fut l’’obsession de l’’artiste : ““Un mur nu est une surface morte. Un mur coloré devient une surface vivante”” affirmera-t-il tout au long de sa carrière.

C’est en 1909 que débute sa période ‘cusbiste’ avec le tableau la Couseuse (Huile sur toile, 73 x 54 cm) proche des figures massives de Picasso peintes la même année. Fernand léger propose un cubisme personnel, non pas intellectuel, mais visuel. Son souci n’est pas en effet de figurer la totalité de l’objet, mais de distinguer chaque objet en volume et en plan au sein d’un espace idéal.